ATTENTION VACANCES ! Pas d'envoi hors France Métropolitaine ou en colissimo avant le 06 mai !

@a_ticket_to_triplets : grossesse et quotidien d'une maman de triplés

J'ai découvert le compte @a_ticket_to_triplets sur Instagram il y a presque neuf mois. Je dis très souvent que j'adore les jumeaux... Mais alors les triplés... Je craque littéralement. Les trois petites bouilles de @a_ticket_to_triplets sont à croquer. Tout ce qui me fait fondre chez un bébé est ici multiplié par trois. :D

Cette maman de quatre enfants partage sur son compte instagram son quotidien avec ses triplettes. Elle revient aussi très régulièrement sur son aventure pendant la grossesse et l'accouchement. Et elle a gentiment et généreusement accepté de répondre à mes nombreuses questions. 

Interview @a_ticket_to_triplets maman grossesse triples accouchement

Maman de triplés : @a_ticket_to_triplets une grossesse et un quotidien pas comme les autres

Devenir maman... de triplés, une aventure forte en émotions.

Quelle a été votre réaction lorsque vous avez appris que vous alliez accueillir non pas 1 ou 2 mais 3 enfants d'un coup ?

J’étais seule quand j’ai appris que j’attendais, non pas des jumeaux comme on nous l’avait annoncé, mais des triplés. Ce fut un vrai choc. J’avais toujours rêvé, espéré même, avoir des jumeaux, mais jamais je ne m’étais projetée avec des triplés. Il m’a fallu un long moment pour réaliser.

Ensuite j’ai dû trouver les mots pour l’annoncer à mon mari. Je n’oublierai jamais son visage interloqué. Les questions ont fusé, avoir des triplés ça voulait dire tout changer. De voiture, d’appartement, de vie.

J’ai voulu attendre que la grossesse triple soit un peu plus avancée pour l’annoncer à mon fils, ce sont des grossesses fragiles. Mais il avait déjà compris, les enfants sont beaucoup dans l’observation. Quand je lui ai annoncé, il s’est montré heureux. En réalité à ce moment là il ne réalisait pas. Et nous non plus d’ailleurs...

Le plus dur de la grossesse ? Le meilleur ?

@a_ticket_to_triplets Grossesse triplés accouchement césarienne Future maman triplettesJ’ai très mal vécu la grossesse physiquement. J’ai toujours été confiante malgré les nombreux risques soulevés par les médecins, mais mon corps n’était pas fait pour une grossesse triple. Aucun corps ne l’est qu’on s’entende bien, mais avec mon petit gabarit on m’avait dit que ça serait très dur.

Déjà tout est exponentiel avec une grossesse triple, la fatigue, les nausées, les maux de dos... enfin tous les maux. Et j’ai terminé avec une sciatique, de l’œdème et une cholestase, une maladie du foie qui provoque d’interminables démangeaisons sur tout le corps. À la fin c’était si dur que j’étais partagée entre mon souhait de les emmener le plus loin possible et accoucher pour être libérée.

Le meilleur moment reste de loin mon mariage à cinq mois de grossesse. J’ai trouvé au 2e trimestre un regain d’énergie qui m’a permis de tout organiser. Un vrai coup de folie car les grossesses triples sont très courtes et peuvent basculer à tout moment. Me marier aux côtés de mon fils en portant mes trois filles a été extraordinaire et j’en garderai des souvenirs sur plusieurs vies.

L’accouchement de triplés, c’est forcément par césarienne ?

C’est une des premières questions que j’ai posée à la personne qui devait m’accoucher. En réalité la césarienne n’est pas une fatalité. Tout dépend du poids des bébés, du terme auquel on accouche, et bien évidemment de l’urgence ou non de la situation. En moyenne une grossesse triple dure entre 26sa et 36sa. A 34-36sa l’accouchement par voie basse peut être sérieusement envisagé. Mais avec des triplés on multiplie les risques d’avoir un accouchement mixte : c’est-à-dire par voie basse pour le premier, et par césarienne en urgence pour le deuxième et/ou troisième, avec tous les risques (et la frustration) que cela comporte.

Avec ces grossesses, le corps médical est dans la gestion permanente du risque et il préconise plutôt la césarienne, en tout cas il nous y prépare ; mais il aurait suivi mon souhait de tenter la voie basse si je l’avais demandée et que les conditions s’y étaient prêtées (en l’occurrence elles ne s’y sont pas prêtées...).

Les triplets et l’allaitement… C’est possible ? Tu y as pensé ? Ou essayé ? Tu avais allaité ton premier ?

Bien sûr qu’on peut allaiter des triplés, et je connais même quelques mamans qui l’ont fait. Mais pour pouvoir produire assez de lait et le tirer, il faut être extrêmement aidée et entourée, pas pour l’allaitement en lui-même mais pour tout le reste à côté.

Je n’avais pas allaité mon premier et avec le recul j’avais culpabilisé. Pas pour le geste, car j’ai donné le biberon avec autant d’amour et de bienveillance qu’une mère qui offre le sein, mais parce qu’avec sa prématurité et son retard de croissance il aurait eu besoin de mon lait.

Les équipes médicales sont très claires à ce sujet, le « lait de femme » est le meilleur des laits pour les grands prématurés. Mais cette question doit se poser dans tout son contexte, et les médecins nous alertent sur le fait qu’avec des triplés la priorité est une maman debout, sur ses deux pieds, pour s’occuper de ses bébés hospitalisés.

Vu l’état dans lequel j’étais à ce moment là cette option a rapidement dû être écartée. Mais je l’aurais fait quel que soit le prix à payer si je n’avais pas été certaine que mes filles seraient nourries au lait maternel, offert par des mamans que je ne remercierai jamais assez...

@a_ticket_to_triplets Attendre et avoir des triplés triplettes jumeaux jumelles grossesse gémélaire

Ton compte instagram @a_ticket_to_triplets

À la base, pourquoi as-tu eu envie de créer un compte sur Instagram ?

Cela va sûrement surprendre, je ne suis pas du tout réseaux sociaux. Mais je me suis sentie très isolée à l’annonce de ma grossesse triple. Les grossesses gémellaires sont devenues tellement courantes qu’elles ont fini par rentrer dans les standards, alors qu’à partir de trois bébés tout devient compliqué.

Rien que la poussette est un vrai sujet. C’est grâce à Instagram que j’ai pu trouver les modèles les plus adaptés, et que j’ai pu glaner quelques astuces pour encore mieux m’organiser. Et puis j’ai découvert de jolis comptes, de belles personnes et de beaux projets, j’ai fini par me prendre au jeu.

Tu pensais avoir autant de « succès » rapidement ?

Il faut se rendre à l’évidence, les triplés éveillent la curiosité. On m’avait prévenue enceinte que je ne pourrais même plus aller chercher du pain sans être arrêtée, mais je n’avais pas réalisé.

Quand je sors les filles en poussette triple, je me fais interpeler constamment. Aujourd’hui j’ai appris à faire avec, mais au début cela me crispait énormément. Je redoutais les feux rouges ou les files d’attente, car c’est toujours interprété comme une invitation à la discussion. La plupart des gens sont bienveillants mais ils sont souvent intrusifs et insistants. Beaucoup n’imaginent pas qu’on n’a pas forcément envie de parler, et surtout qu’on n’a pas envie qu’on touche nos enfants.

Quelque part ce compte m’a fait du bien car il m’a permis de m’exprimer sur le sujet, et de mieux gérer et apprivoiser cette curiosité.

J’ai l’impression que tu sors toujours de nouvelles photos de ta grossesse… Tu en as combien sous le coude ? :D

Hahaha ! Pas tant que ça. J’en ai pris quelques-unes mais je ne les ai pas toutes publiées à l’époque. Quand j’ai commencé sur Instagram je ne maîtrisais rien du support qui était tout nouveau pour moi, je venais plus pour chercher des infos que pour me raconter.

Aujourd’hui, à l’approche du premier anniversaire des filles, je me remémore tous ces moments de la grossesse et j’ai envie de les partager. Une grossesse triple est un voyage tellement incroyable et singulier.

Fais-tu des partenariats avec des marques sur ton compte @a_ticket_to_triplets ? Es-tu beaucoup contactée ?

@a_ticket_to_triplets Influenceuse instagrameuse Maman grossesse maternité triplésJe n’ai pour le moment fait aucun partenariat dans le sens où je n’ai jamais été rémunérée pour parler d’un produit. J’ai même refusé de nombreuses propositions de cadeaux gratuits et codes promo en échange de publicité.

Mais il m’est arrivé d’accepter des cadeaux sans aucune demande en contrepartie, parce que j’aimais le produit et que je n’en parlais que parce j’en ai envie. La plupart du temps je craque sur quelque chose que je commande, la commande débouche sur de jolis échanges avec la créatrice, qui me propose d’ajuster le prix ou glisse quelques surprises dans le colis.

Parler de produits, de projets ou de personnes en lesquelles je ne crois pas ne me ressemble pas. À l’inverse, j’ai à cœur de soutenir les beaux projets menés par de belles personnes, d’autant plus si ce sont des projets français, portés par des mompreneuses.

Et puisqu’on en est aux confidences, si j’ai accepté cette interview, c’est parce que j’aime ton projet autant que toute l’énergie et l’enthousiasme que tu dégages pour le porter. Mais aussi parce que je suis une personne très organisée, qualité indispensable quand on a des triplées.

😍😍😍 Roooh ! Merci !!! C'est le première fois qu'on me fait une si jolie déclaration en interview !!! Je ne m'y attendais pas, je suis touchée !!!  🙏

L’organisation au quotidien avec des triplés, justement, parlons-en !

Quand on a trois bébés mais seulement deux bras, qu’est-ce qui est le plus compliqué ?

Ah je dis souvent qu’il me manque un bras ! En fait c’est compliqué pour tout ce qui ne peut pas remplacer un bras...

Il est impossible de se rendre seule à un rendez-vous médical quand il n’y a pas d’ascenseur (ou qu’il est trop petit pour la poussette) et qu’il faut prendre les escaliers avec trois enfants qui ne marchent pas... Là il faut systématiquement s’organiser pour être deux fois deux bras.

Pour le quotidien, il n’y a rien d’insurmontable, on apprend à gérer et on devient même très créatif pour remplacer le troisième bras. On a par exemple rapidement donné tous les repas en simultané.

Ce qui est difficile pour une maman, c’est quand elles réclament les bras toutes les trois en même temps... Mais ça c’est le quotidien de mamans de plusieurs enfants. Avec des triplées on apprend à être encore plus attentif, pour identifier celle qui en a le plus besoin.

Globalement les enfants s’adaptent à tout, et des triplés apprennent plus vite à patienter et à partager.

@a_ticket_to_triplets Maman de triplés Fratrie de 4- Organisation et quotidien

Comment gères-tu le rythme grand/bébés ?

C’est sûrement ce jonglage là qui est le plus compliqué. Ce n’est pas parce qu’il est grand et qu’il est en âge de comprendre qu’il doit constamment passer en dernier. L’entrée au CP, dans une nouvelle école, avec un nouveau rythme scolaire et des devoirs à faire, nous a mis totalement k.o. Aujourd’hui on commence à peine à prendre nos marques, mais le moindre petit grain de sable a de grosses répercussions sur toute notre organisation.

Qui s’adapte au rythme de(s) (l’)autre(s) ? As-tu mis en place des routines quotidiennes avec tes enfants ?

@a_ticket_to_triplets Organisation rangement maman de triplés jumeaux quotidienC’est majoritairement le grand qui s’adapte aux petites. Elles ont plus de mal que lui à patienter pour manger. Mais nous sommes attentifs aux besoins de chacun et gérons toujours les priorités. Et puis nous essayons de compenser les sujets, par exemple en lui donnant la priorité quand il s’agit de jouer.

Je n’aime pas trop le mot « routine » qui peut avoir un côté péjoratif en français. Mais si on parle d’habitudes, j’en ai des tas. C’est nécessaire quand on est maman, primordial quand on a quatre enfants, et indispensable quand on a des triplés. J’aime l’ordre et la propreté, donc tous les soirs on range les jouets, on fait la vaisselle de la journée, on descend les poubelles, on checke la météo et on prépare les habits du lendemain.

Je me suis inspirée des chariots de néonatalogie de l’hôpital pour organiser le plan de change, des couches au thermomètre en passant par la solution de désinfection et les affaires de rechange. Tout le nécessaire est toujours à portée de main, et je veille tous les jours à ce qu’il soit opérationnel. Je vérifie aussi régulièrement les stocks de tout, pour ne jamais être en rupture des essentiels.

Tous les médecins et professionnels de la petite enfance nous le disent, les parents de triplés sont les parents les plus organisés. Mais il faut aussi apprendre à être souple car tous les impondérables sont multipliés par trois et on ne peut pas tout anticiper.

Enfin, ta citation préférée du moment, ou qui résume bien ta vie actuelle ?

À l’impossible nul n’est tenu...!

Voilà, j'espère que vous avez aimé cette interview et que vous avez appris plein de choses ! Peut-être êtes-vous, vous-mêmes, maman ou future-maman de jumeaux ou de triplés ?

Peut-être que l'interview d'Audrey, coach maternel et d'accompagnement périnatal pourrait aussi vous intéresser...

N'hésitez pas à laisser un petit commentaire, ça fait toujours plaisir ! En tout cas, je remercie @a_ticket_to_triplets pour sa générosité et sa gentillesse.

Articles pouvant vous intéresser

Comment devenir une maman zen et organisée ?
Comment devenir une maman zen et organisée ?
Il devient plus compliqué d'être une maman zen et organisée lorsqu’on est à la tête d’une famille avec des enfants à édu
Read More
Maman Flouch : franche et super active, elle vit selon ses envies
Maman Flouch : franche et super active, elle vit selon ses envies
Oralie, ou Lalie est blogueuse en parentalité sur le blog Maman Floutch et influenceuse sur instagram sous le nom de @ma
Read More
Désencombrer sa maison : la méthode Marie Kondo
Désencombrer sa maison : la méthode Marie Kondo
On peut dire que désencombrer sa maison devient essentiel lorsqu’on ne semble plus pouvoir y respirer à force de désordr
Read More

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés